Programme scientifique

Les activités humaines transforment la planète, intriquant de manière inédite les sociétés et leur environnement. Pour saisir cette nouvelle réalité nous avons besoin de recherches issues de disciplines variées - sciences de la vie, géosciences, sciences sociales et humaines – afin, qu’ensemble, nous puissions améliorer notre compréhension des interactions complexes entre individus, organismes et milieux. À l’intersection entre science des écosystèmes et sciences sociales et humaines, l’IRL iGLOBES facilite et encourage la recherche collaborative entre des scientifiques de France et de l'Université d'Arizona.

 

Nos axes de recherche s’adossent d’abord aux forces de l'Université d'Arizona (écologie, géosciences, études spatiales, astronomie, programme transdisciplinaire Biosphère 2) et de nos partenaires français (Incubateur Interdisciplinaire CNRS « Fabrication et domestication du vivant » et « Eco-Evo-Devo », programme stratégique interdisciplinaire « Origine et conditions d'émergence de la vie » à PSL, la plateforme expérimentale nationale Ecotron située à l'ENS). En poursuivant un agenda de recherche ambitieux, nous étendons progressivement le champ de nos activités et renforçons les coopérations internationales pour ouvrir de nouveaux espaces d’investigation.

 

L’unité soutient des travaux théoriques comme empiriques, et participe au renforcement des échanges internationaux par l’organisation de visites scientifiques (professeur·e·s et étudiant·e·s) depuis ou vers la Tucson. Nous hébergeons également l'Observatoire International Hommes-Milieux Pima-County du CNRS, qui développe spécifiquement la recherche environnementale à l'échelle régionale.

POLITIQUE DE L'EAU DANS LES RÉGIONS ARIDES DES AMÉRIQUES

L’IRL détient une expertise reconnue sur les politiques de l’eau en milieu aride, en partenariat avec le Udall Center for Public Policy de l’Université d’Arizona, et dans la continuité de l'ANR BLUEGRASS (2013-2016).s in the arid regions of the Americas, in line with previous projects supported by the ANR BLUEGRASS and within the framework of the close collaboration established with the UA Udall Center for Public Policy.

GOUVERNANCE DES RESSOURCES NATURELLES

iGLOBES développe aussi des recherches sur la gouvernance des ressources naturelles (renouvelables ou non). Par une approche transversale qui articule sciences naturelles et sociales nous cherchons à mieux appréhender les modes de gouvernance institutionnelle des ressources et des espaces, au moyen d’une approche quantitative centrée sur les dynamiques écologiques. Nous nous concentrons notamment sur les frictions et les conflits entre habitants, occupants et institutions. 

RÉPONSES ÉCOLOGIQUES ET SOCIALES AUX ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES EXTRÊMES

Un troisième axe de recherche traite des réponses écologiques et sociales aux événements climatiques extrêmes -appliqué aux régions amérindiennes arides et semi-arides. Dans une perspective historique, nous questionnons la mémoire des phénomènes et des réactions qu’ils engendrent : comment se manifeste une mémoire des événements climatiques passés ? Existe-t-il un processus de mémoire spécifique aux différents écosystèmes ? Quel rôle jouent la mémoire culturelle et la mémoire écosystémique dans les processus d'apprentissage, d'adaptation, d'anticipation et de pré (ou contre) adaptation des sociétés et de leurs écosystèmes au changement climatique ?ssion of the answers to these phenomena (technical and political devices, systems of values): How does this memory of past climatic events manifest itself in the history of societies and their cultural and political dynamics? Is there a memory process in  ecosystems? If so, what role do cultural memory and ecosystem memory play in the processes of learning, adaptation, anticipation and pre- (or counter-) adaptation of societies and their ecosystems to climate change?

MODÉLISATION QUANTITATIVE DES ÉCOSYSTÈMES ET CONTRIBUTION DE LA MODÉLISATION À L'ÉTUDE DE L'ÉVOLUTION DU SYSTÈME HOMME-TERRE

Un quatrième axe se concentre sur la modélisation quantitative des écosystèmes et l'apport de la modélisation à l'étude de l'évolution du système Homme-Terre, dans une perspective anthropologique comparée. Comment les sociétés amérindiennes conceptualisent-elles les écosystèmes ? Comment cette conceptualisation influence-t-elle leur rapport aux écosystèmes : évaluation, exploitation, gouvernance, conservation, domestication ? Quelles sont les conditions culturelles et sociales d'un passage de la « domestication » à la « fabrication » ? Comment l’espoir de « fabriquer » des procédés écologiques s'enracine-t-il dans les savoirs traditionnels ? Et quel rôle joue-t-il dans la formulation contemporaine des « alternatives environnementales » ?

CONDITIONS D'HABITABILITE DE LA PLANETE ET DE L'ORIGINE ET DE LA DISPARITION DE LA VIE DANS L'UNIVERS

Enfin, un dernier axe traite des conditions d'habitabilité planétaire, et de l'origine et la disparition de la vie dans l'univers. Nous interrogeons les mécanismes biologiques et géochimiques à l’aune des apports d’une anthropologie de la nature et de la vie « en conditions limites ».